mise à jour 23 AVRil 2018
O R O A TOI RE
1    9    6    8

Mai 1968 [0] - 2018 : 1/2 siècle de répressions de GUERRE POLITIQUE : CONTRE LES ARTS, la Jeunesse et les Appauvris, ne peut pas ne pas se (re) marquer avec LA SYMPATHIE DE LA MUSIQUE.

Les arts sans liberté de créer est une impossibilité.
Les arts sans liberté meurent (et les artistes avec disparaissent).

dans ROAR, il y a rugissement

URGENCE OROATOIRE ?

L'or à toi (revient) en 1968

1968, le concert(ation) 1 jour EN MAI 2018 ?

en septembre 2018 ? par manque de temps, plutôt en 2019
à l'extérieur à l'intérieur, une place, de TOULOUSE

 

engagement rompu par MIX'ART.
Censure qui provoque la rupture.

 

Oratorio, se mettre en accord de sens :

ORATORIO est dérivé et se signifie du mot ORATOIRE* qui désigne d'abord le lieu puis la musique (comme pour le mot orchestre) pratiquée vocalement (l'oratorio était une forme orale, vocale non-institutionnelle qui à l'origine antique ne relevait pas de la croyance). L'Église alors dominante récupère au XIIe siècle la forme pour le recueillement religieux : la prière murmurée pour soi ensemble ou seul dans la chapelle. Jusqu'à ce que l'oratoire désigne la chapelle. Le genre oratorio nait et se répète au XVIIe en Italie d'abord dans les oratoires publics sans aucune forme précise pour favoriser le dialogue dans la musique vocale, qui se distinguait de la musique liturgique, mais qui fut rapidement récupéré par la chorale cultuelle pour chanter les histoires dogmatiques de la Bible en fond sonore. Notre ORATOIRE 1968 n'est pas un drame lyrique sur un sujet sacré, mais s'agit des faits politiques oralisés en concertation dans la musique (= dans la sympathie vibratoire). Nous allons redonner à l'oratoire sa forme originale, celle du dialogue orateur libre à s'entendre ensemble à plusieurs voix pour se comprendre, jusqu'à 8 :

1. question - réponse - question - question - réponse - etc.
2. réponse - question - question - réponse - question - etc.
3. question - réponse - question - réponse - question - etc.
4. question - réponse - question - question - question - etc.
5. réponse - réponse - question - question - réponse - etc.
6. question - réponse - question - réponse - réponse - etc.
7. question - question - question - question - question - etc.
8. réponse - réponse - question - réponse - question - etc.

L'Église a transformé l'oratoire en lieu de silence : la chapelle où il faut prier (supplier à genoux) dans sa tête et, a transformé l'oratorio en objet de propagande religieuse (pour forcer « la conversion » des « égarés » (des étrangers) à sa croyance). Nous reprenons le sens original de la parole publique, celle qui s'entend (la vocalité) et se comprend (l'intelligibilité audible) mêlée à la sympathie de la musique (qui sans sympathie ne résonne pas).

J'ai  ra-jouté  dans  le  mot  un  O,  pour  faire  rugir  la parole : OROATORIO
pour lui rendre sa vocalité, celle qui pense et qui comprend.

 

Note
* l'adjectif, du latin « oratorius » = relatif à la bouche de l'orateur qui parle qui vocalise ; oral du latin « oris » génitif de « os » = bouche. L'os de la bouche ?
Qui se fait de la bouche, se transmet par l'organe de la voie buccale, opposée à la voie annale (= de l'anneau).
* le nom masculin, du latin « oratorium » prend au XIIe siècle le sens de : lieu consacré à la prière (la parole dans sa tête, sans son, qui implore) d'où : chapelle, église, basilique, église paroissiale, église abbatiale. Le chrétien a dévié le sens de « orare » (= oralité audible) pour le sens de : prier (« orare » => adorer dans l'adoration en silence). L'oratoire pour les chrétiens est un lieu réservé à la prière (solitaire = pour soi), puis le lieu pour se recueillir (en silence) (1761).
ORAISON (du latin classique « oratio » = langage, non oral ?) prière méditée (sans voix vocale) ou récitée (= murmurée). Opposé à sermon = « sermo » qui signifie : langage sans art. Dans la chrétienté dominante, le mot prend le sens unique de prière pour « une demande (personnelle) à Dieu ». Il prend le sens de discours au XIVe siècle et se spécifie dans le monde funèbre pour y rester. Rien à entendre avec la raison orale qui d'après sa forme lexicale est le sens de la raison orale, celle du philosophe qui parle pour s'adresser aux autres (et non, un avoir pour soi).

 

 

L'ORoATOIRE BARBARE

Barbare du latin « barbarus » repris du grec « barbaros » désignait les étrangers. Mot formé d'une onomatopée évoquant le borborygme, le bredouillement, le parler incompréhensible : celles et ceux qui ne parle pas la langue du pays. Déjà le sanskrit « barbara » = qui bredouille, utilisé au pluriel désignait les peuples étrangers de l'Inde. Cette étymologie montre à quel point la discrimination entre humains à se craindre les uns les autres de leurs différences ne change pas depuis l'Antiquité ; 5 millénaires et encore. L'oratoire qui est propre à et le lieu de l'orateur était interdit aux barbares. La brillance de l'orateur à convaincre la foule a développé l'art rhétorique du mensonge opposé à la philosophie du dire vrai. L'oracle (hors de l'oraison et du sermon) passe aussi par la bouche des requêtes humaines et des réponses des divinités obligatoirement barbares.

 

 

DANS NOS MONDES SATURÉS D'IMAGES (= d'illusions),
l'ORATORIO (= opéra sans décors) prend tout son sens de son intention originelle :
dialoguer ensemble dans l'écoute mutuelle, de paroles vraies sans croyances ni mensonges.

 

 

QU'1 COMPOSITEUR POUR UNE SEULE OEUVRE [+ ?]

Mathius Shadow-Sky

 

 

Sens des désirs

Marsia - De quoi allons-nous chanter et jouer 1/2 siècle après la répression de la jeunesse, artistes, pauvres, où les parents (souteneurs du pouvoir et au pouvoir politique) envoient l'armée civile pour battre et blesser leurs enfants ?

Clara - La violence (= le fait de violer) est générée et gouvernée par ceux qui la produisent : les hommes armés prêts à tuer des êtres humains désarmés, celles et ceux de sa propre espèce. Où la lâcheté (de n'attaquer que les affaiblis) est la 1ère qualité de la dictature, celle des lâches et des peureux.

Loutchia - Nous allons chanter 1/2 siècle de Guerre réalisée avec les armes de l'économie technologiquée. Ce qui nous donne déjà au moins 3+2 parties-thèmes à dialoguer en musique (= en sympathie) LES STRATEGIES CINQUANTENAIRES DE L'ANTIPATHIE POLITIQUE :

 

Routines (programmes)

 

0. LARGENT

largent achète les volontés. Largent est une : ARME DE SOUMISSION MASSIVE. Une arme de destruction massive de liberté. Largent, une arme qui annihile son choix propre de vie. Les êtres humains vendus ? = des esclaves volontaires.

1. CHÔMAGE*

L'instauration massive du chômage (de l'humiliation) en tant que pioche à dévaluer le travail humain et à inverser sa valeur à faire croire la servitude être un privilège. Et en effet, les salariés sont convaincus être privilégiés jusqu'à haïr les chômeurs qui en réalité sont libérés du travail obligatoire. Où le summum du mépris du travail et des autres est le fonctionnariat.

2. AUTOMATION**

(anciennement nommée : cybernétique = quantification des processus de commande de communication, de contrôle et de régulation des populations. L’informatique est une application de la cybernétique. Ce qui revient à réaliser la robotisation de l'humain dans la routine technologique en faisant croire à sa libération par se faire enfermer. Téléphoner ou regarder la télé libère de quoi ? Enferme. Le mensonge politico-économique est immense. Cybernétique du grec « kubernêtikê » = art de gouverner (les autres, pas soi). Le mot « computer » ne fait référence qu'au comptage loin de la cybernétique qui à travers des esprits frustrés avides de vengeance contre leur propre espèce réalise le contrôle et le commerce mondial de l'information « informatisée ». L'automation est l'antonyme de l'imprévisible qui est la base de la liberté.

3. LA LAISSE DES LÂCHES

De l'attachement au détachement, entre l'attachement et l'enchaînement : considérer l'amour comme un refuge est la pire des lâchetés qu'un être humain digne puisse agir au mépris de l'autre. L'amour au contraire est un respect sans limites à la personne aimée (sans s'humilier dans la dévotion). L'amour faux infecté par les religions monothéistes sert de champ à cultiver l'obéissance dans la terreur ; et là, l'amour est inexistant, quoi qu'on en dise. 

4. PANNE***

Le finale de la déraison technologique se termine avec la panne (= arrêt du fonctionnement du mécanisme, en anglais : 'failure' (= fêlure ? Non : fêlure, du latin « fagellare » = battre à coups de verge, 'broken' = cassé, à la casse, tombé cassé = broken-down, cassé tombé = breakdown). Si l'humanité s'attache trop aux machines = à dépendre intimement d'elles pour vivre, alors il suffit que les machines ne fonctionnent plus pour que l'humanité endoctrinée meure. Les êtres humains tombent malades (impuissants infertiles = la panne de ne plus bander), les machines tombent en panne (le lien commandant-commandé est coupé). Les machines se remplacent, les êtres humains ne se remplacent pas. Quoi que, ce n'est pas ce que croit les offreurs d'emploi. L'employé est un élément de la machine administrative, telle une pièce détachée qui se remplace.

 

* Chômage, du latin « caumare » = se reposer pendant qu’il fait chaud, « caumare » du grec « kauma » pour forte chaleur qui calme. Rester immobile quand il fait chaud. Chômeurs = paresseux. Le sens dégradé actuel du mot chômage date du XIXe siècle époque de l'industrialisation pour signifier : « absence de travail salarié pour ceux qui en ont besoin ». Chômeurs = pestiférés (= porteurs de peste infestés).

** Nous avons compris le processus de formation de la tyrannie avec un graphique simple qui se trouve au chapitre "février 2015" dans le livre : Le Mouvement du monde reproduit à la note [3] en bas de page.

*** l'histoire et le sens du mot panne prend sa source dans la plume = « penne » (en passant par la marine à « bouter vent en panne » pour arrêter le navire-voilier) pour se faire utiliser dans le monde des machines quand elles ne fonctionnent plus : en attente, impossibilité d'agir (par soi-même). C'est l'industrie automobile qui a passé le sens du mot en panne (en plume) en arrêt de fonctionnement mécanique puis l'équation quantique sans solution probable dans les marchés bénéficiaires. L'absence de solutions (à s'enrichir aux dépens des autres). Le panneau est la durcification (pas dulcification opposée à l'endurcissement) du morceau d'étoffe qu'il désignait, du latin « pannus ».

 

La vieillesse est l'état d'esprit appeuré qui capitalise à épargner (agit son égoïsme)
La jeunesse est l'état d'esprit courageux qui se dépense dans la vie courte (agit sa générosité)

 

Marsia, Clara et Loutchia - Naître dans le MERdier, con-vainc être le contexte « naturel » de vie des êtres humains.

Marsia, Clara et Loutchia - Eh bien non. Ce MERdier n'a qu'1/2 siècle. Il porte un nom : la médiocratie. Le pouvoir de la médiocrité. [quand il y a pouvoir (sur les autres), ça signifie : présence de la médiocrité]

Marsia, Clara et Loutchia - Notre civilisation d'Occident a débuté elle-même sa décadence quand les Vieux ont empêché la Jeunesse de s'épanouir et de décider pour elle, sa vie future.  La date ?  1968.

Marsia, Clara et Loutchia - La destruction systématique de l'autonomie de penser s'est affirmée avec « la politique culturelle » signifiant réellement : « la guerre contre (l'autonomie) des arts », la guerre contre les artistes (porteurs de libertés), mais surtout d'intelligence et de jeunesse.

Marsia, Clara et Loutchia - Les Vieux pour dominer criminalisent la liberté et l'intelligence.

Marsia, Clara et Loutchia - Avec 200 000 années d'existence, les loups sont exterminés en 3 000 ans par les humains qui ont 40 000 ans d'existence. Là, la maladie dominatoire de la soumission à vivre en esclave par la terreur est le moyen efficace qui annihile toute espèce et civilisation à se créer et combattre de faux ennemis.

Marsia, Clara et Loutchia - Notre civilisation d'Occidentaux meurt depuis 1/2 siècle à s'anéantir dans sa bêtise.

Marsia, Clara et Loutchia - Pour quoi on s'occupe d'occupations à occuper (ingérer) les autres ? On s'occupe pour s'oublier d'exister soi. On s'occupe des autres pour s'oublier d'exister. On occupe les autres pour s'oublier d'exister. On est occupé pour s'oublier d'exister.

Marsia, Clara et Loutchia - La révélation de notre existence réelle nous ferait mourir de honte.

 

 

Subroutines (sous-programmes) rires bébés et merdier

A. Ah.  Faire taire (= censurer par la solde = l'aumône conditionnelle) les arts vivants en favorisant les oeuvres des morts.

B. .  Maintenir et entretenir le malêtre social pour maintenir la jeunesse dans le désespoir (= la dépression), (les autres ? c'est déjà fait) entenaillée dans les contradictions du mensonge de l'obéissance pour qu'elle soit impuissante à agir d'elle-même.

C. caca.

...

 

 

ETAPE 1

écriture du livret, en cours... LA MATIERE SIGNIFIANTE DE   LA MUSIQUE ORALE

Dont une partie est tirée des textes de Ronald David Laing, non : s'inspire pour un hommage à un bel esprit qui ne pense pas la psychanalyse (et la psychiatrie) (avec les stéréotypes de la profession initiée par Sigmund Freud et classés dans les dictionnaires prêts à l'emploi), mais l'effort d'une réflexion existentielle (impulsée par Sartre impulsée par Kierkegaard) se basant sur le contexte (situation particulière favorable à la naissance de la névrose ou psychose) où apparaît la souffrance particulière du patient. Chaque souffrance psychologique est différente (même regroupées dans des familles assimilées) et demande pour la guérison du patient : sa liberté (qui dans la profession des charlatans exigent la soumission "au traitement" sic) . Sans liberté, pas de guérison possible. C'est cette liberté que la médecine officielle ne tolère pas.

Sa position humaine et non institutionnelle (pour une domination du malade culpabilisé et infantilisé et transformé en maladie) face aux êtres humains qui souffrent n'est pas d'appliquer les recettes toutes faites de la psychanalyse et de la psychiatrie qui se confortent dans des notions apprises que la plupart des médecins appliquent sans vouloir comprendre les causes de la souffrance du patient (car en réalité ces médecins travaillent pour les revenus élevés, non pour soigner les autres). Pour ça, Ronald D. Laing (RD (hardi) Laing pour les anglophones) est catégorisé par les Français « antipsychiatre » : celui qui désobéit aux règles imposées de la médecine vendue à l'industrie pharmaceutique "des drogues légales" pour la soumission du malade à consommer sa maladie. C'est pour cette raison que ses ouvrages ne sont pas republiés depuis leurs premières sorties dans les années 70 du XXe siècle, car « ils constituent une menace pour toute la profession médicale de la psyché ».

Ses livres qui en français ne se trouvent que chez les bouquinistes :
   The Divided Self (1959) = Le moi divisé (1970)
   Self and Others (1961) = Soi et les autres (1971)
   The Politics of Experience (1967) = La politique de l'expérience (1969)
   Knots (1969) = Noeuds (1970) sont ouvrage le plus connu, car il met en évidence par de petits poèmes les noeuds humains familiers.
   The Politics of the Family (1971) = La politique de la famille (1972), ouvrage d'une entrevue, introduisant sa pensée.

J'ai déjà mis ses textes en musique [concert enregistré] pour l'album : Knots System in Miami, en 1998 : télécharge l'album

D'autres livres servent d'aliments à l'écriture du livret :

   . Erich Fromm, "Disobedience as a Psychological and Moral Problem", 1963
     qui le premier pointe le risque de l'obéissance comme outil d'anéantissement social et civilisationnel.
   . Stanley Milgram, "Obedience to Authority", 1974 (Soumission à l'autorité)
     qui démontre avec brio les dégâts de l'autorité dans les esprits soumis : dont l'industrie des camps d'extermination est le summum de la souffrance sociale que l'être humain peut et continue à s'infliger à lui-même.
   . Bruno Bettelheim, "Surviving and Other Essays", 1952 (Survivre)
     dont son rapport unique en 1943 sur les camps de concentration nazis : "Comportement individuel et comportement de masse dans les situations extrêmes"
     montre que le seul refuge qu'un être humain "désintégré" (l'image squelette des survivants des camps) à survivre, est de ce réfugier dans l'infantilisme : ce que nos sociétés contemporaines cultivent avec ferveur.

     La différence entre le camp de concentration et le bagne bien que relative, consiste en ce que les populations du camp ne sont pas majoritairement des "criminels de droit commun", mais majoritairement des civils (croyants à une erreur d'arrestation) considérés désobéissants et indésirables pour des raisons arbitraires de fausse moralité politique (généralement l'argument racial suffit) : une dictature se fonde toujours sur une terreur absurde de la masse obéissante qui met en péril tous ses individus qui la constituent.
   . Eugen Kogon, "Der SS Stat, Das System der deutschen Konzentrationslager", 1946 (l'Etat SS, le système des camps de concentration allemand).
     Ce livre commence disant : "j'en suis venu à me demander si j'avais le droit de soumettre ce livre au public".

 

Le librettiste ? Arnaud Romet s'est proposé de rédiger le livret,
mais même une petite ébauche du texte en mars n'est pas là (ça fait 3 mois).
Donc, je reprends la main (ce 23 mars).

 

 

LIVRET DE L'OROATORIO 1968    EN COURS D'ECRITURE
Livret en cours d'achèvement [v.13c téléchargeable, pdf 1.3Mo] : 1968, l'OROATOIRE des DESOBEISSANCES

 

 

 

ETAPE 2

Conce-voir ? la musique avec l'orchestre donné, dans le contexte donné, c'est-à-dire avec les êtres humains présents dans l'ensemble.

Pour ça : nous devons avoir la nomenclature de l'orchestre au + tard fin février 2018, ce qui de toute manière laisse très peu de temps à la conception de la musique et aux répétitions. URGENCE OROATOIRE ? comme d'hab. Tels mes autres ouvrages (je pense à l'opéra Les Rescapés de l'Hégémonie Culturelle) OROATORIO 1 9 6 8 ne peut que se pratiquer dans l'urgence dans un temps si court avec la participation de toutes et tous pour donner sens et sensibilité à l'oeuvre. Il s'agit d'une oeuvre collective non-propriétaire bien qu'on pose le squelette sur lequel tout membre greffe sa créativité.

Le choeur et les voix solistes sont primordiaux, sinon pas d'oroatorio.

L'harmonie nonoctaviante ? comment chanter l'harmonie nonoctaviante ? par communication audible.

Les dates de création de l'OROATOIRE 1 9 6 8  étant repoussées à 2019, nous nous déchargeons de "l'état d'urgence" (sic) dans laquelle la création originale musicale vivante fragilisée s'est réfugiée à improviser, depuis 1/2 siècle.

 

CHOEUR

Oui, le choeur est la part primordiale de l'oroatorio ; le choeur, c'est nous, les être humains méprisés (et craint) en foule. Ce mixage de populations hétérogènes perçues telle une seule masse homogène d'électeurs qui par crainte de son soulèvement, les gouvernants la manipulent par le mensonge (démocratique) de l'élection [4], à être élu à gouverner par la terrreur. La terreur approuvée par les électeurs et les électrices (qui la pratique au sein de leur famille).

Le choeur fonde la musique savante occidentale. D'abord son harmonie par l'homophonie  (= l'hétérophobie) de ses accords, puis par sa polyphonie (= l'homophobie) pour l'autonomie rythmique des voix en registres classées : femme aigüe, femme grave, homme aigu, homme grave, pour le quatuor (évitant le paramètre de l'âge). Les femmes étaient interdites de choeur remplacées par les « enfants de choeur » (matière masculine molle violable) . Mais la réalité est que : chaque ton de voix est unique, où une voix de femme peut se confondre avec une voix d'homme et vice versa. Cette quadripartition : soprano, alto, ténor, basse a, sans arrêt, été transgressée par les compositeurs.

Ici, pas de scène frontale, le choeur de 32 voix en 8 groupes (8 personnages) de 4 voix (pour accords à 8 tons) où chaque voix avec son corps s'attache, se sépare en déambulant, courant, s'arrêtant, se posant, etc., à muter le personnage mutant formé de 1 à 32 voix ; ce, dans une place publique avec et parmi le public où les bousculades sont inévitables... ou : le chant de bouches à oreilles dans sa massivité se déplace dans l'espace détaché et attaché (en laisse lâche ou dure) des choristes.

Ici, les solistes sont dans le choeur et s'extraient du choeur pour solliciter le dia-, le tri-, le tétra- logue jusqu'à 8 voix différentes en même temps par attachement (acte physique avec les laisses). [2]

Le choeur ici, n'est pas passif (au fond de l'espace en fond), il ne commente pas l’action en spectateur de la tragédie humaine, réalité déformée pour faire pleurer son audience.
Au contraire, le choeur est le coeur moteur de l'action révélateur de la farse [1] de l'humanité :
     « des uns qui répriment les autres, de leur propre misère ».

Le Choeur forme un personnage vocal par sa masse vocale
1. homogène qui se fond parmi le public qui se dégroupe qui se regroupe suivant les accords à chanter, et
2. hétérogène piégée (les êtres humains confiants : les enfants) en mouvement : LE CHOEUR EN LAISSE
La laisse ? Lien d'attachement qui sert à conduire les chiens domestiqués (= soumis aux désirs des humains dominants et donc frustrés).
Un lien lâche qui ne laisse aucune liberté.

 

CHOEUR MIS EN LAISSE
Liberté attachée... ? est une association politique de sens pour la perturbation des esprits.

- Pour quoi nous tous, on s'est serré un noeud autour de nos cous ?
- Pour quoi on se le serre toujours + fort ?
- Pour quoi on se le serre encore + fort ?
- Jusqu'à l'oublier,
- jusqu'à le nier
- jusqu'à refouler la douleur de l'étranglement, la douleur de l'étouffement qu'on se provoque.

 

CHORÉGRAPHIE RITUELLE DU CHOEUR
Attachées entrelles avec entreux. Toutes les chanteuses et chanteurs du choeur sont liées physiquement par des laisses pour chien SANGLEs (sang + angle, non = enserrer le corps, le ceindre avec une ceinture (enceinte), pas cinglé (fou à force de recevoir des coups) quoi que de la même racine, de la même famille) avec « un lien (assez) lâche servant à se faire conduire » :

1. lien de l'élastique,
2. lien de la corde,
3. lien dur du bâton,
4. lien groupé par un large tissu dans lequel passe les têtes (par les trous dans le tissu) attachées :

1. entrelles avec entreux, ou/et
2. au pieu (gros piquet et lit).

 

Ces attachements forment la base chorégraphique du choeur : sa turbulence, (un chahut de chat huant : non).

S'attachent entreux avec entrelles, en couple, à 3, 4, etc., par l'élastique, la corde ou le bâton, s'attachent se détachent au pieu (lit ou piquet), ou pas, ou restent isolées (avec la laisse au cou pendouillante qui sert aussi à se pendre ?).

...

 

 

UNE COUCHE DU COMMENCEMENT de la musique racontée

(en salle ; car comment en extérieur, dans une place publique, disposer 5 très grandes vitres suspendues à briser avec des jets de pierres pour sonner le début de l'oratorio ? acte qui sera interdit par la sécurité publique pas sociale des désignés responsables)

Tout commence par un bris de vitre :
un caillou (une caillasse) lancé (balancée) dans une vitre (dans l'histoire, celle du car de l'armée civile prête au combat)
=> dans la salle, 5 très grandes vitres suspendues (minimum 3x3m = 9 m² tels 5 grands gongs majestueux et invisibles)

DONT-SORT un accord spectral nonoctaviant continu invariable (suspens) = un accord désattracté ni trop serré ni trop large plutôt neutre.

SUR-QUOI-S'ACCROCHE le choeur voix par voix une par une un par un, bouche fermée « mmmm » qui s'amoncellent pour former une masse insistante (voix censurée) qui éclate en une foison de « m » particules détachées sur un tempo presto. Les bouches fermées « mmmm » se transforment en « mooooo » puis en « maaaa » puis en « moa » « moa » « moa (bien rythmé à faire bouger son corps) et subito hurler « J'AI GZISTE » dans une avalanche de bris de vitres

DONT-SORT un brouhaha (= musiques indistinctes) orchestral toutes et tous jouent pianissimo quelque chose à définir
avec le choeur qui émerge chantant « mais non », « mais non », etc., de + en + rythmé (= de + en + organisé de manière à donner à bouger à son corps)

DONT-SORT    un solo de colère agacée
                     puis 2 solos de colère agacée
                     puis 3, etc.

SUBITO STOP silence

      voix seule chante absente : « Qui sait, si la vie, n'est pas la mort, et, si la mort, n'est pas la vie ? » (Euripide)

SUBITO reprise soudaine des solos de colères ensemble

...

 

 

INSTRUMENTARIUM sculptural en suspension :

J'aime les grandes percussions suspendues...

Vitre

La vitre (verre trans-lucide fait de sable) a quelque chose de... merde : on peut vivre dans une cage de verre, on peut voir dehors en étant à l'intérieur sans subir le froid. La villa rêvée des Américains est une boite en verre isolée dans un paysage sauvage (?). Les tours de verre reflètent la lumière du soleil, telles des bites bandantes brillantes toujours plus longues (« c'est qui la + grosse » sic) qui défient le ciel (? « les dieux responsables de notre existence pitoyable » sic). C'est quoi le problème de ces mâles ? La vitre isole. Et, peinte de mercure, devient : un miroir qui reflète l'image intérieure à l'extérieur : « c'est moi ça ? » sic. Le miroir referme l'espace sur soi. Ce que l'écran d'aujourd'hui réalise. Leur surabondance réalise une isolation encore + forte des êtres humains entre eux et de l'environnement naturel des ressources planétaires qu'ils ne peuvent que se vivre uniquement par l'illusion du cinéma (encore + (pire) avec « l'immersion » aïe).

Papier

percuté, crevé, déchiré, froissé, plié, déplié, secoué, etc.

J'aime les tubes qui traversent l'espace, mais pas ici.
J'aime les longues cordes tendues qui traversent l'espace, mais pas ici.

J'aime les petites percussions en bois :

claves, temple block, et tout autre pok,
aussi les bouquet d'herbes sèches pour les chouchouchou ou chichichi et autres chouffles

 

 

POUR S'INSCRIRE A L'ORCHESTRE

1ères musiciennes et 1ers musiciens de l'orchestre :

. Myster Shadow-Sky : composition, pianomorphe, synthétiseur analogique EMS, lampe archisonique
. Les Guitares Volantes : Stéphane Barascud, Stéphane Marcaillou, Laurent Avizou, Eric Avondo
. Henri Demilecamps : instruments electroniques
. Alexis Otero : ténor et chef de choeur de 32 voix : Soprani x8, Alti x8 Tenori x8, Basso x8
. Carol Larruy : voix dans le choeur
. Matt Węgrzyn (Bulgarie) : instrument inventé sur piano acoustique
. Arnaud Romet : composition partagée et synthèse numérique
. Le grand chanteur britannique Phil Minton (77 ans) est intéressé à participer à l'élaboration et à la musique de l'ORATOIRE 1 9 6 8
...

Voix

Choeur de 32 voix réparties de 1 à 8 groupes S A T B groupées et dégroupées en fonction du nombre d'identités musicales
chef de choeur et soliste : Alexis Otero (ténor),
voix du choeur en + : Carol Larruy,
voix solistes du choeur : Phil Minton,

Percussions tenues par toutes les 32 voix du choeur

32 bois : claves ou wood block ou temple block ou autres + bouquet d'herbes sèches (chchch) ou maracas
32 roches : cailloux
32 métaux : crotales (petites cymbales très aigues par paires)

Cordes

guitares électriques : Laurent Avizou, Stéphane Marcaillou, Stéphane Barascud, Eric Avondo,

Percussions

peau : grosse caisse symphonique
vitre : grandes vitres suspendues
papier : grandes feuilles de papier craft blanc suspendues

Synthétiseurs

synthèse analogique : Myster Shadow-Sky (EMS VCS3, the Putney)
synthèse numérique : Arnaud Romet (synthèse numérique MAX/MSP)
synthèse concrète : Henri Demilecamps

Objets microcaptés :

lampe archisonique à ressorts du lamplayer : Myster Shadow-Sky

Claviers :

orgues, clavecins, pianos et pianos électriques, claviers électroniques, etc., dans le : pianomorphe nonoctaviant du Myster Shadow-Sky

Instruments inventés :

piano-acoustique-harpe-frottée à autre tempérament de Matt Węgrzyn (Bulgarie) [exemple audio mp3 2.4Mo]

Spatialisateurs (chorégraphie spatiale maître des cheminements) : Henri Demilecamps (+ synthèse concrète),

 

 

Le 20 décembre 2017

OROATORIO 1 9 6 8 registrations

Mathius Shadow-Sky proposes the creation of an oroatorio for May 2018 in Toulouse (France) at Mix'Art Myrys no, outdoor in the city.

This oroatorio, called 1 9 6 8, follows the ambitious big shadow-sky's concerts: a large gathering of musicians to express original music that in this period of mediocrity, after half century of repression of original art creation, shows that original music will never be annihilated by these economic policies of intensive censorship of the arts.

The composer, in this hostile context, no longer has the social place that was given to him her, which by this hostile context turns him her into a proposer. The composer knows today that behind a note of written music, there is a life of a musician: a human being. That is why knowing composer no longer writes notes, but proposals of sympathy.

We are waiting with this oroatorio for the gathering of a large orchestra with choir and solo voices where all are invited without discrimination. We open the registrations this month of December 2017 which will be closed in February 2019 to give the composers involved (more ?) time to write music proposals that will be gathered in and for the oroatorio 1 9 6 8 (one nine six eight).

Like all the ambitious Mathius Shadow-Sky music proposal, OROATORIO 1 9 6 8 is a human adventure, a unique experience to live for each and everyone (especially in our mediocratic context which by blackmail restricts choices) as for its previous operas and ensembles symphonies. The music is acted by everyone.

The choir is essential with its soloists and percussionists to perform particular rhythms.
Above all, everyone is welcome.

To register for the orchestra, simply send an email to centrebombe gmail com. The evolution of the creation of the oratorio is reported on the web page http://centrebombe.org/livre/2018.html

See you in May 2018 2019 for this great communion of collective music :)

OROATOIRE 1 9 6 8 inscriptions

Mathius Shadow-Sky propose la création d'un oroatorio pour mai 2018 à Mix'Art Myrys non, en extérieur à l'intérieur de Toulouse en 2019.

Cet oroatoire à rio qui a pour titre 1 9 6 8 est dans la lignée des grands concerts shadow-skyien, un grand rassemblement de musiciennes et de musiciens pour exprimer la musique originale qui dans cette période de médiocratie après 1/2 siècle de répression de la création originale montre que la création musicale originale n'est pas annihilée par ces politiques économiques de censure intensive des arts.

Le compositeur, dans ce contexte, n'a plus la place sociale qui lui était donnée, ce qui par ce contexte hostile le transforme en propositeur. Le compositeur sait aujourd'hui que derrière une note de musique écrite il y a la vie d'un musicien, d'un être humain . C'est pour ça que le compositeur averti n'écrit plus de notes, mais des propositions de sympathie.

Nous attendons avec cet oroatorio le rassemblement d'un grand orchestre avec choeur et voix solistes où toutes et tous sont conviés sans discrimination. Nous ouvrons les inscriptions ce mois de décembre 2017 qui seront closes en février 2018 2019 de manière à donner aux compositeurs impliqués (+ ?) le temps d'écrire des propositions musicales qui seront rassemblées dans et pour l'oroatorio 1 9 6 8 (un neuf six huit).

Comme toutes les musiques ambitieuses de Mathius Shadow-Sky, OROATORIO 1 9 6 8 est une aventure humaine, une expérience unique à vivre pour chacune et chacun (surtout dans notre contexte médiocratique qui par chantage restreint les choix) comme pour ses précédents opéras et ensembles symphoniques. La musique est agie par toutes et tous.

Le choeur est primordial avec ses solistes et percussionnistes.
Mais surtout toutes et tous sont bienvenues.

Pour s'inscrire à l'orchestre, il suffit d'envoyer un email à centrebombe gmail com. L'évolution de la création de l'oroatorio est rapportée à la page web http://centrebombe.org/livre/2018.html

Rendez-vous en mai 2018 2019 pour cette grande communion musicale collective :)

 

 

le 21 décembre

- Mix'Art Myrys refuse le concert symphonique de l'oroatorio : 1 9 6 8 en mai 2018 !
- C'est impossible, c'est pas croyable !
- Après 10 années d'amitié !
- Etait-ce vraiment de l'amitié ? On en doute...
- Où, alors créer l'Oroatorio 1968 ?
- à Toulouse ? Ailleurs ?
- Nous n'en savons rien pour l'instant...
- SANS VOIX sans voix...

- Mix'Art Myrys refuses the oroatorio for a flying spatial symphonic concert with choir: 1 9 6 8 in May 2018!
- Unbelievable! After 10 years of friendship!
- It was a real friendship? We have a doubt...
- Where then creates the Oroatorio 1968?
- In Toulouse ? Elsewhere ?
- We do not know for now...
- BEING UNVOICED, we are without voice...

 

2017 : LA FIN                                 pour un autre commencement
La censure provoque la rupture
,
c'est inévitable quand « ton ami se révèle agir à te nuire ».

la censure de Mix'art Myrys de l'OROATORIO 1 9 6 8 pour 2018
provoque la rupture avec le compositeur Mathius Shadow-Sky

10 ans de travail commun échoué « le bateau qui coule, n'est plus retenu ».
10 ans de 6 créations musicales bâclées et impayées (faute de temps et de moyens) :

2007 La musique Extrême de l'Extase (oratorio spatial) 23 musiciens non payés
2012 Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme (musique de chambre spatiale avec vents & brouillard) 7 musiciens non payés
2012 Un Voyage au Bout du Possible de l'Humain (opéra de chambre spatiale avec vents & brouillard) 9 musiciens non payés
2013 Un Ephemerôde carde des chrones (récital de pianomorphe spatial) 1 musicien non payé
2014/2015 Anarkhia Symphonic Space Orchestra (orchestre symphonique spatial) 10 musiciens non payés
2017 Les Guitares Volantes (quatuor de musique spatiale) 4 musiciens non payés

Le montant total impayé par Mix'Art Myrys, estimé aux 54 artistes durant ces 10 années 2007-2017 pour les 6 créations de Mathius Shadow-Sky, s’élève à environ 300  000 €. Mix'Art Myrys travaille sa paupérisation (avec 200 000 €/an) à l'hégémonie culturelle de la médiocratie qu'elle se persuade de résister, car sa fonction politique est de garder la jeunesse désoeuvrée et marginale hors du centre-ville en accueillant des évènementiels qui l'attirent, ce en échange d'une misérable subvention conditionnelle des politiques dominantes de soumission qui méprisent la création artistique originale de qualité non encadrable. Dans ce contexte, la grande musique, en effet, n'a pas sa place à Mix'Art.

 

 

31 décembre 2017

Les CRS (= soldats de la guerre civile, serviles des gouvernants contre les populations) de Toulouse comme figurants de l'oroatorio qui tapent des rythmes sur leurs boucliers ? est une idée. Mais, si les CRS étaient musiciens, il ne seraient plus CRS. Donc, à part un seul désordre de coups, rien d'autre ne peut leur être demandé. Ce qui musicalement reste pauvre, mais spectaculairement va terroriser le public. Vraiment ?

 

6 et 8 janvier 2018

Echange entre Mathius Shadow-Sky et Joël Lécussan directeur de Mix'Art Myrys : la grande musique n'a pas de place à Mix'Art [txt.14Ko]

 

8 janvier 2018

Lettre au maire de Toulouse pour réaliser l'oroatorio en plein air à Toulouse en mai 2018 [pdf 48Ko].

Suggestion de place à Toulouse du concert de l'OROATOIRE 1 9 6 8 : place Saint-Etienne (avec sa fontaine magique:)
Pour un oroatoire avec choeur, il faut : une place publique dans la ville. C'est la fonction de la place publique : échange de paroles libres.

panoramique place Saint-Etienne à Toulouse (avec sa fontaine magique)
sachant que, comment le contexte socio-géographique change la composition de la musique.

 

 

Le 21

La mélopée chorale, presqu'1 millénaire d'histoire et nous

Le profil de la mélopée devenue ou retenue ou réduite à la mélodie, a été la 1ere motivation de décrire les « mouvements de la voix » conduits choralement par les gestes de la main (du maître de chapelle). Varier la hauteur de ton (pas la manière de parler qui cléricale devait sonner céleste donc détaché des émotions humaines, telle une voix « blanche », vierge ?) est la 1ere écriture musicale occidentale « en-temps » (avec ligne de temps, contrainte au temps) instaurée par le chant grégorien (volonté politique du pape Grégoire 1er au VIe siècle d'uniformiser le monde chrétien) noté en neumes (de « pneuma » = souffle) assignés au texte (liturgique, exclusivement). Une même mélopée unique pour tous, pour la synchronicité de plusieurs voix en une. Puis, avec l'Ars Antica de l'École de Notre Dame au XIIe siècle nous sommes passé de la monodie à l'homophonie des accords (à 4 tons) dans le choeur, principalement avec les 1ers intervalles de la série harmonique : 8ve, 5te, 4te puis 3rce : des intervalles qui « sonnent pleins » (pour plénitude) et non ceux qui dévoilent le nombre de chanteurs (in musica, les diabolus = ceux qui s'éloignent et se différencient). L'idée du choeur ecclésiastique était de former une voix avec plusieurs voix... Puis arrivent les compositeurs de l'Ars Nova au XIVe siècle et là, les choses se gâtent pour l'immobilisme choral. En effet, l'indépendance des voix est réalisée par l'introduction du rythme binaire (imparfait) en même temps que le rythme ternaire (parfait) pour obtenir un 3 temps (triolet) pour 2 temps (duolet) en même temps. L'effet ? Une rythmique qui tourne, dans le jazz on dit qui « swing » ou dans le « R'nB » qui « groove », sans aller jusqu'à danser la musique. Le statisme occidental de l'attitude solennelle qui doit se retrouver dans la musique de circonstance cérémonielle de la lenteur empêche tout mouvement du corps (agitato). Le corps (sexué) est le tabou 1er occidental. La danse est considérée comme provocatrice à l'amour physique et donc bannie par l'Eglise (on doit se recueillir et non pas s'agiter, qui est l'oeuvre du diable désobéissant = la joie doit être cérébrale = intériorisée, pas physique pour jouissance orgasmique = extériorisée). Et, ce « physique » est rejeté dans le mépris du « populaire » (les chansons à boire de tradition dyonisiaque). Cette longue tradition religieuse du statisme qui se retrouve encore aujourd'hui chez les compositeurs de l'école spectraliste ou des « drones » des musiques « noise hardcore » avec ses guitares électriques puissantes, à la limite de la douleur et massives qui couvrent le spectre audible, en continu, est manifestée pour représenter l'éternel (la voie vers l'éternité de la croyance dominante chrétienne du paradis perdu judaïque) : « Lux Aeterna » pour 16 voix mixtes a cappella, « Lontano » pour orchestre (György Ligeti) à réduit la musique de la partie occidentale de l'Occident à ne pas savoir rythmer la musique (l'instant présent du temps contre le temps sans temps, ou la mortalité contre l'immortalité, ou rythme contre durée) pour inciter à la danse (perpétué par l'enseignement des conservatoires de musique « classique »). Peu de Français savent bien danser. La chance pour la musique a été l'incursion du temps africain de l'instant dans la musique occidentale solennellement crue éternelle pour donner les gospels et le blues et le jazz et le rock'n roll, en 1 mot : l'agitation joyeuse (le rire), tant redoutée des moines chrétiens (en effet, le rire annihile toute croyance).

Sachant que la mélopée est la forme principale perçue dans l'écriture musicale et, que cette mélopée, ce profil, cette silhouette « mélodique », donne à remarquer ce qui est rendu identifiable : la manière de l'articulation de la musique (réduit à la mélodie) qui forme une identité remarquée ou remarquable, ça, donne la personnalité de la musique. Pour remarquer une composition musicale, il faut réduire tout le possible su à l'obsessionnel (ce que Pierre Boulez par exemple a compris dans le contexte de la monotonalité du sérialisme intégral).

Ici avec la musique nommée 1 9 6 8 pour la circonstance entre liberté et dictature pour choeur et solistes et ensemble instrumental (guitares électriques et synthétiseurs), à continuer mon exploration musicale, je voudrais tenter le mélange de tons glissés et tenus ensemblés (= « collés dans le temps »). Ce qui donne un profil mêlé à la fois : statique + mobile (= l'instant et la durée ensemble). Pour la faisabilité, nous ne pouvons pas, semble-t-il, diviser tous les pupitres (comme Xenakis ou Penderecki) à faire chanter des amas de tons au-delà de 7 et 8 (qui est la limite percevable entre accord et synthèse spectrale*), nous nous en contenterons (repousser les limites du possible de l'entendu est de tradition occidentale qui a commencé au XIVe siècle avec l'Ars Nova). Des accords nonoctaviants de 3 à 8 tons suffiront à comprendre le nouveau système (non systématique : la théorie des champs scalaires nonoctaviants) pour la musique occidentale. Une ouverture d'esprit aux différences.

abaque des profils tenu-glissés à 2 voix_icon

abaque des profils tenus-glissés à 4 voix_icon

IL Y EN A + :

Il y en a + que 49

MATRICE :

table-carte de 100 signes de comportements d'accords

Rythmiquement, nous allons pousser à être dedans « les rythmes qui roulent sur eux-mêmes » identifiés comme « satellites » et « déphasiques » pour créer des sensations de spirales et de méandres temporelles qui absorbent nos corps dans le mouvement de la vie (qui n'est pas éternelle : autant bien la passer).

 

Note
* Il est important de savoir que l'égalisation de notre échelle de 12 « 1/2 tons » divisant l'8ve, à la fois a donné la possibilité de la transposition (l'apport tempéré et non égalisé de J. S. Bach), mais à la fois a fait sortir ses rapports intervallaires de la série harmonique (fixé par Ptolémée au IIe siècle, repris par Boèce au IVe siècle) la suite des nombres entiers dont elle est issue. Ce qui signifie que tous les rapports de notre échelle musicale sont inharmoniques (voir l'abaque des échelles harmoniques qui sur 80 intervalles où seulement 3 donnent une échelle octaviante et les 77 autres forment des échelles nonoctaviantes). Oui, nous allons faire entendre avec le choeur l'harmonie nonoctaviante déjà entendue avec le pianomorphe de l'Ephémèrôde (album studio 2013-4 et album live 2014).

 

1 exemple d'écriture pour le choeur : formation des mélopées (sans texte) :

une page de partition du choeur (sans texte) le l'ORATORIO 1 9 6 8 [icon]

Sinus simulation of this page, forth (from left to right) and back (from right to left) [mp3 3.5Mo]
Simulation sinus de cette page allez et retour [mp3 3.5Mo]

 

 

Le 7 février

(retour d'une rechute hépatique d'un mois)

Correspondances et sens

1 • les correspondances maintiennent une structure de liens en équilibre telle :

   •
   |`\   •
   •--•/

2 • les causes et effets provoquent des catastrophes (des histoires = des problèmes) par la réaction irréfléchie à un acte subi, ça en chaîne à répétition, telle :

   •->•->•->•->•->•->• etc.

 

L'une est d'Orient et l'autre est d'Occident.

 

1 • => Les correspondances forment un temps stabilisé dans une combinaison qui s'adapte au contexte qui l'a nourri. LENT.

 

2 • => Les causes à effets à répétition forment un temps historique agité de catastrophes en chaîne qui se justifient du contexte cru provoqué par lui. RAPIDE.

 

La 1ère forme la théorie de la musique et la seconde, son écriture temporalisée (voire dramatisée = pour se faire posséder par l'émotivité due à la mise en son de la tristesse profonde injuste).

 

 

Percussion de la syllabe
pour l'OROATOIRE 1 9 6 8

Toutes les voix du choeur frappent une percussion faite de 2 mêmes morceaux
   1. bois (claves ou wood block ou temple block ou autres + bouquet d'herbes sèches (chchch) ou maracas )
   2. pierre (2 cailloux)
   3. métal (2 crotales = 2 très petites cymbales très aigües de la taille d'une monnaie)
   au début de chaque syllabe.

Correspondances de sens :

bois <=> horizon —  > (même direction),
pierre <=> terre  \   > (vers le bas),
métal <=> ciel   /     > (vers le haut)

L'ordre : bois -> pierre -> métal <=> horizon -> Terre (planète) -> ciel (univers), change 6 fois :

1. bois -> pierre -> métal
1. horizon -> Terre -> ciel
2. bois -> métal -> pierre
2. horizon -> ciel -> Terre
3. pierre -> bois -> métal
3. Terre -> horizon -> ciel
4. pierre -> métal -> bois
4. Terre -> ciel -> horizon
5. métal -> bois -> pierre
5. ciel -> horizon -> Terre
6. métal -> pierre -> bois
6. ciel -> Terre -> horizon

 

Ces directions et matières donnent le sens du mouvement corporel des choristes se liant le son de leur voix :

1. La pierre de Terre se sonne penché, la bouche, vers la terre : ramasser, cueillir voire pêcher pour manger

2. Le bois se sonne droit, le regard, vers l'horizon : se recueillir dans l'infini pour penser

3. Le métal du crotale se sonne penché, les narines, vers le ciel : se remplir dans le souffle de vivre pour jouir

 

Ces 3 mouvements, 1. vers l'horizon, 2. vers la Terre, 3. vers le ciel, se traduisent (ou correspondent) en mouvements de hauteurs (des fréquences) :

1. horizon, stable, — son tenu
2. accélérant, vers le ciel, / glissando vers l'aigu
3. ralentissant, vers la Terre, \ glissando vers le grave

Ces 3 figures : — \ /

     forment les combinaisons d'accords des différents registres des voix S A T B :

1. voix féminines aigües Soprani
2. voix féminines graves Alti
3. voix masculines aigües Tenori
4. voix masculines graves Basso

Séparés en 2 donnent 2 x 4 groupes pour obtenir des accords de 8 tons différents.

 

Combinaison de 3 figures — \ /     de mouvements des hauteurs

2 à 2 donne 1 intervalle stable et 6 intervalles mobiles :

—   —   —   /    \    /   \
—    /    \   —   —   \   /

 

3 à 3 donne 21 accords à 3 tons :

—   —   —   —   —   —   —
—   —   —    /    \    \    /
—    /    \     /    \    /    \

/   —   —    /    \     \    /
/    /    \    —   —   —   —
/   —   —    /    \     /    \

\    /     \    /    \     \    /
\   —   —    /    \     /    \
\   —   —   —   —   —   —

 

4 à 4 donne 49 accords à 4 tons : voir tableau ci-dessus.

5 à 5

6 à 6

7 à 7

8 à 8  

consulte les tableaux ci-dessus.

Ayant compris le principe, ces grandes tables de combinaisons de figures
se synthétisent dans l'esprit pour écrire les conjonctions musicales décidées.

 

 

LE RITE   CHORÉGRAPHIQUE DU CHOEUR

Le rite ou la composition gestuelle de la musique se réalise avec des gestes ralentis pour se distinguer des gestes quotidiens habituels du travail.

LA COMPOSITION DES GESTES LENTS RALENTIS

À partir de 3 positions :

1. le corps droit                                              => sons tenus —
2. le corps penché vers la terre (vers le bas)    => glissando vers le grave \
3. le corps penché vers le ciel (vers le haut)     => glissando vers l'aigu /

Position et émission vocale se lient dans 3 actions vitales :

1. => réfléchir le regard perdu dans l'horizon (pour développer son intelligence = sa capacité à comprendre)
2. => ramasser par terre la nourriture (pour se nourrir)
3. => respirer à se remplir d'air du ciel (pour jouir)

Compositions des attachements

Avec
1. élastique,
2. corde,
3. bâton,
4. groupé par un large tissu dans lequel passe les têtes (par les trous dans le tissu) :

1. entrelles avec entreux, libre d'aller ensemble
2. au pieu (gros piquet et lit), fixé ensemble à un lieu

DUO           O   O
      2 à 2   /|\_/|\   attachés par le bassin par amour, ou
                 /\   /\    attachés par le coup pour relation dominant.e/dominé.e

1. 2 mêmes voix du même registre => duo homophone
2. 2 voix différentes de différents registres => duo hétérophone

Qui chantent à sonner les intervalles de 2 sons en tons nonoctaviants en semble

1. de même figure = homophonie

—    /    \
—    /    \         (3)

2. de figures différentes = polyphonie

—    —    /     \     /     \
 /     \    —    —    \     /         (6)

TRIO            O   O   O
       3 à 3    /|\_/|\_/|\    attachés par le bassin par amour par 3 élastiques, ou
                   /\   /\   /\    attachés par le coup pour relation dominant.e/dominé.e par 2 laisses (1 dominant.e 2 dominés.es)

1. 3 mêmes voix du même registre => trio homophone
2. 2 mêmes voix du même registre et 1 voix différente d'un registre différent => trio mixte
3. 3 voix différentes de différents registres => trio hétérophone

Qui chantent à sonner les accords de 3 sons en tons nonoctaviants en semble

1. de même figure = homophonie

—    /    \
—    /    \ 
—    /    \       (3)

2. avec une figure différente et 2 mêmes figures = mixte

—    —      \      —     /     /    —    \      \
—    \      —       /     —    /     \    —     \
\     —     —       /      /    —    \     \     —       (9)

3. avec 3 figures différentes = polyphonie

—     \      \     —     /     /
 \     —     /      /     —    \
 /      /     —     \     \     —            (6)

QUATUOR            O   O   O   O
              4 à 4    /|\_/|\_/|\_/|\      attachés par le bassin par amour par 6 élastiques, ou
                          /\   /\   /\   /\      attachés par le coup pour relation dominant.e/dominé.e par 3 laisses (1 dominant.e 3 dominés.es)

1. 4 mêmes voix du même registre => quatuor homophone
2. 3 mêmes voix du même registre et 1 voix différente d'un registre différent => quatuor mixte
3. 2 mêmes voix du même registre et 2 mêmes voix d'un autre registre => quatuor mixte
4. 4 voix différentes de registres différents => quatuor hétéophone

Qui chantent à sonner les accords de 4 sons en tons nonoctaviants en semble

1. de même figure = homophonie

—    /    \
—    /    \ 
—    /    \  
—    /    \     (3)

2. 3 mêmes figures avec 1 figure différente = mixte

—     —     —     /          —     —     —     \
—     —      /     —         —     —     \      —
—      /     —     —         —     \      —     —
 /     —     —     —         \      —     —     —

\     \      \     —         /      /      /     —
\     \     —     \          /      /      —     /
\     —     \     \          /      —     /      /
—     \     \     \          —     /      /      /

\     \     \     /         /     /     /     \
\     \     /     \         /     /     \     /
\     /     \     \         /     \     /     /
/     \     \     \         \     /     /     /                (24)

3. 2 mêmes figures avec 2 mêmes figures différentes = mixte

—     —     —     /      /         —    —     —     \      \         \     \     \     /     /
—      /      /     —     /         —     \      \      —     \         \     /     /     \     /
 /     —      /      /     —         \     —     \      \      —        /     \     /     /     \
 /      /      —    —    —         \      \     —     —     —        /     /     \     \     \     (15)

4. 2 mêmes figures avec 2 différentes figures = mixte


\
/
— ...

 

Cette manière d'articuler le chant invente une autre manière de chanter.
Qu'applique aussi le quatuor de guitares électriques avec un jeu glissé au "bottle neck".

...

 

 

le 5 mars 2018

Vigipirate : la violence dans la musique

Lettre à Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice [.pdf 50Ko]

 

 

le 6 mars

OROATOIRE 1968 à la rencontre de Vigipirate

L'oratoire : la liberté et la parole publique

L'oratoire est le lieu libre des orateurs et des oratrices et de l'ensemble oral = la foule vocalisant les idées communes. La musique est barbare dans le sens où la langue musicale est dépourvue de signifié. La musique ne s'exprime que par signifiant, comme la poésie qui retourne le sens des mots pour questionner leurs sens (à la limite de l'intelligible ou, provoque l'intelligible). L'oratoire en public est la place publique : par son accès libre dans la ville. Ce qui avec l'instauration de la guerre civile, sans guerre, dont les civiles ne veulent pas, avec « le plan Vigipirate » (sic : qui sont en réalité les terroristes ? les attaquants ou les attaqués ?), devient pour un rassemblement d'une foule, interdit par la police et l'armée. Ce que ça signifie ? La politique terroriste a trouvé le moyen d'empêcher tout rassemblement « pour la propre sécurité des individus » (sic). L'arme a enfin été trouvée pour défouler la foule (la terreur primordiale du politicien est la foule et + : son soulèvement) : le terrorisme (musulman contre les chrétiens... encore ? vieille querelle historique facile à répéter). La fonction des places publiques sert à se rassembler pour entendre les messages des autres. La place est un lieu d'échange d'idées et de denrées (le marché). C'est l'agora de la Grèce Antique. Si les politiques interdisent cet échange, même avec les arguments sécuritaires ou suretaires* (où tout le monde est potentiellement coupable ce qui autorise les abus de violence des vigiles-soldats-mercenaires employés par des entreprises privées de surveillance et de contrôle des civils commandités par le gouvernement dont ses membres possèdent des parts du marché) où la foule est canalisée comme du bétail (= l'humiliation de l'individu), le risque d'un soulèvement massif des populations humiliées qui va se terminer dans un massacre, est entièrement probable. La frontière de cette violence est fragile. Ce pays n'est pas en guerre, mais provoque lui-même sa propre guerre intérieure (en copiant les États-Unis agressifs et mondialisateurs). Pour quoi agir ça ? Une dictature rassure les politiciens de la durée de leur place, de leur mandat mal acquis, qui dans une société tolérante demande un effort de capabilité, qu'une dictature expulse par la force violente de sa bêtise.

 

Notes
* Un spécialiste de la sécurité/sureté m'explique la différence entre les 2 notions : sécurité est la gestion des sorties (de secours) et la sureté est la gestion des individus en foule qui rentrent sur le site public (privatisé**). Toutes les fouilles au corps et dans les sacs avec la vérification d'identité sont de l'ordre de la sureté, comme je le disais : la sureté signifie que tout le monde est suspect de terrorisme et n'a plus droit à sa sécurité (= les sorties d'évasion sont bouchées, les suspects sont cernés). La notion de « sureté publique » est apparue en 2006 dans les aéroports pour remplacer « la sécurité publique » : le passage était clair : de la protection au soupçon. C'est ce passage qui fait douter de la protection publique. Le gouvernement a engagé une guerre non pas contre des fanatiques isolés dont les actes sont provoqués par son ingérence politique mais surtout économique, mais contre les civils de son propre pays pour obtenir une obéissance absolue dans un contexte constant de terreur. C'est toujours le même scénario qui se répète dans notre histoire d'Occidentaux...

** Si le site public était vraiment public, il ne pourrait pas exister cette mise en bétail, cette bestialisation = cet irrespect des individus, dont le principe de sureté est de les soupçonner tous terroristes = destructeur volontaire de leur propre cadre de vie. Tout le sens de la sureté réside dans cette contradiction qui est agie par les polices privées (qui n'ont aucun droit de justice) ; dans quel autre but, que celui de bêtifier les foules par son humiliation (qui consomment du déplacement collectif individuel) ?

 

 

le 23

Je reprends l'écriture du livret, après le retrait d'Arnaud Romet.

 

le 3 avril

Le livret prend des proportions qui semblent se diriger vers la publication d'un livre.
Ce, par les textes écrits en + des dialogues vocaux, pour comprendre ce qui s'est passé avant et après 1968 :

au 8

LIVRET DE L'OROATORIO 1968    EN COURS D'ECRITURE
Livret en cours d'écriture, mais lisible [v.12c 41 pages téléchargeable, pdf 1Mo] : 1968, l'OROATOIRE des DESOBEISSANCES

 

 

le 10

Je m'attache à travailler intensivement le texte au point que ce livret devienne un livre. C'est vrai que le sujet balaye une large activité humaine : avant et après 1968. Les conséquences de la bêtification humaine en société doivent être posées pour prendre une distance pour se questionner puis agir.

Je suis particulièrement content de considérer le choeur comme 1 personnage qui peut se diviser jusqu'en 8 personnages : avec différents assemblements de voix par groupe pour lui donner différentes identités vocales en ensemble (une division en 6 personnages est en exemple dans le livre).

La création d'une nouvelle langue musicale demande un travail intensif d’approfondissement et là, je sais, que je suis en train d'y arriver ! :)

 

 

le 19

LIVRET DE L'OROATORIO 1968    EN COURS D'ECRITURE
Livret en cours, mais lisible [v.13c 46 pages A4 téléchargeable, pdf 1.3Mo] : 1968, l'OROATOIRE des DESOBEISSANCES

 

le 23

LIVRET DE L'OROATORIO 1968    
Livret EN COURS D'ECRITURE, mais téléchargeable et lisible [v.13d 48 pages A4, pdf 1.3Mo] :
1968, l'OROATOIRE des DESOBEISSANCES

...

 

.

 

 

Notes générales

[0] Cet oratorio « 1 9 6 8 » en mai 2018 arrive dans un contexte très particulier : il y a 1/2 siècle, la jeunesse voulait changer les valeurs sociales :
       . entente contre autorité
       . discussion contre obéissance
       . échange contre imposition
       . franchise contre hypocrisie
       . sympathie contre haine
       . savoir contre ignorance
       . amour contre guerre
       . etc.

Dans l'euphorie (rock and roll) à la libération de la Seconde Guerre Mondiale (années 50 et 60), la nouvelle génération (la jeunesse du baby-boom née après 1945) constatait que les vieilles valeurs d'autorité n'avaient pas disparu, voire devenaient encore + dangereuses par des excès de violences. La possibilité atomique de tout détruire d'un coup par explosion sur un coup de tête politique. C'est cette arme de destruction massive (conçue par la dictature hitlérienne et utilisée par les Alliers !) qui a d'abord et entre autres répressions (répression par l'éducation et le travail, ) fait réagir la jeunesse : être gouverné par des personnes irresponsables qui se dissimulent derrière la violence policière et qui mettent volontairement la vie de millions d'êtres humains en péril.

Les controffensives gouvernementales gouvernées par les industries multinationales aux soulèvements en 1968 ont été radicales : meurtres des étudiants et surtout misérabilisation massive des populations par le CHANTAGE DU CHÔMAGE toujours d'actualité 50 ans après.

Ma 5ème geste-lettre au maire de Toulouse : Geste Politique d'Artiste V [pdf 49Ko]

LIRE : Jeunesse Vieillesse un combat absurde pour sa vie dévoilement du sens prétexte qui justifie la guerre des vieillis contre la jeunesse venue de l'enfance restée indépendante d'esprit qui se retrouve dans les arts et appauvris matériellement, mais certainement pas spirituellement (= humour) voire au contraire renforcée à vivre ce que l'esprit de la vieillesse ne vivra jamais : l'euphorie de la liberté.

[1] distinguons la plaisanterie avec un s et le bourrage culinaire avec un c. Une farse ? une réalité qui fait rire. Les fumeurs ont des blagues, est-ce la distance de la bouffée qui leur donne le pouvoir d'en rire ?

Espiègle ? francisé (1630) du nom propre du personnage du roman Till Ulespiegle (1640) [adaptation de Eulenspiegel = ...]

Opéra/oratorio bouffe ? - Quand tu bouffes, tu bouffis ; histoire de boustifaille, à ce qu'il faille bouffer pour se regénérer. Qu'est-ce qui fait rire à gonfler, à gonfler les joues : l'excès de bouffe qui déborde, à trop vouloir t'en perds la moitié ? Il y aurait : souffler les bons mots qui font éclater de rire, le diseur est le buffone. Le bouffon a perdu sa fierté à partir du moment quand il s'est attaché au roi, en laisse toujours prêt à faire rire le souverain fatigué attitude méprisable dans la Corse fière. Prenons une bouffée d'air... Grotesque (d'abord crotesque, par la crote -pas caca- pour la croute dans la grotte) = de la grotte, et ces peintures murales représentaient des caricatures (inspirées des décorations de la Domus de Néron) découvertes des fouilles archéologiques (appelée « grotta ») à la Renaissance (1540) : ce sont des peintures sans pudeur de fantaisies. Les angelots bibendum (bébés pneus nus aillés) du XVIIe siècle. Rappel des orgies dyonisiaques : les festins, les danses, la musique et surtout l'ivresse génératrice de joie. Grotesque à l'imagination fantastique s'oppose à Burlesque qui rie de situations réelles comiques (en espagnol « burla » signifie plaisanterie). Bien que les 2 se rapprochent et se retrouvent dans l'érotisme par les excès et les contrastes provocateurs.

Un banquet à la fin (ou pendant ?) le concert s'impose.

[2] Tour-istique. L'ancienne stature statique du choeur au fond du maître-autel est l'image des voix (célestes) de l'Église psalmodiant les textes sacrés textes, sans bouger, le reflet figeant l'instant dans l'éternité, jusqu'à l'Ars Antica du XIIIe siècle toujours perpétué de nos jours. Oui. Pour quoi la stature statique ? L'accord éternel est pour l'être européen synonyme de pouvoir politique (le surhomme déïque est pour lui éternel) par l'arrestation : ça ne bouge plus, l'instant est en état d'arrestation. Au XXe siècle, on pense à Lux Aeterna de Ligeti. Un mort pas mort. Mort-vivant ? Ce qui a pour conséquence... l'Européen et l'Européenne chrétiens des villes dansent raide, et, n'aime pas et ne sait pas danser, car ressentir ton corps, aïe, est un péché (= désobéissance) condamné par les Églises de la chrétienté (non massacrées, telles la communauté des Adamites ou celle des Manichéens ou des Cathares, et toutes les autres), aïe. Ça, fait que tu ne comprends pas l'instant du rythme ni ne sait le jouer. L'Africain au contraire de l'Européen (qui le persécute pour l'arrêter) vit dans l'instant. Il aime et sait danser. Sa culture de l'instant lui fait comprendre le rythme et savoir le jouer (pour onduler le corps). Le syncrétisme afrochrétien (les Africains mis en esclavage et christianisés en Amérique (le prénom de Vespucci) a introduit le rythme pour danser dans la musique statique des choeurs chrétiens bien qu'avant au XIVe siècle l'Ars Nova avait créé la polyphonie des voix indépendantes (la naissance du 3 pour 2 temps, écoute les messes rythmées de Guillaume de Machaud !). Ils ont appelé ça des gospels, version anglaise du mot évangile, pourtant, rien d'évangéliquement statique dans la musique, où les « fidèles » viennent chanter et danser dans la joie de l'agitation. L'agitation est considérée par le chrétien, démoniaque : « les sauvages » sic aïe. Ça vient de Dionysos, dieu grec des vivants qui se bourre la gueule, retransformé en Pan (le joueur de flûte) ou Bacchus, c'est lui qui a servi de modèle au diable des Chrétiens. Le tour est terminé.

[3] Nous avons compris le processus de formation de la tyrannie avec un graphique simple qui se trouve au chapitre "février 2015" dans le livre Le Mouvement du monde :

schéma du processus de l'instauration de la tyrannie de la dictature et de la domination

1. l'un.e et l'autre souffrent
2. l'un.e ou l'autre implore à l'autre à l'aide (bien que l'autre ne sache pas comment faire)
3. l'autre à qui l'aide est implorée pose sa condition de domination croyant le soulager que l'autre accepte pour être sauvé (bien que ça n'arrivera jamais).
    Mais ça, ne soulage les 2, que le temps de la soumission, c'est-à-dire que le temps de leur donation volontaire de leur conscience au principe.

... Geste qui sera interprété et varié dans l'oratorio par les membres du choeur envers les membres du public.

[4] Il n'y a rien de démocratique à être élu par une minorité. Démonstration : schématiquement pour prendre conscience du phénomène proportionnel : sur 100% de la population, 50% sont électeurs ; sur 50% des électeurs, 50% se déplacent aux urnes ; sur 50% qui se déplacent aux urnes, 50% votent en faveur (à droite ou à gauche). Exemple : sur 1000 personnes, seules 125 personnes élisent l'élu. Une élection politique publique ne se remporte qu’autour de 12,5% des voix de la population totale. L'élu est toujours élu par une minorité : est-ce la démocratie ? Non.

 

 

re tour à la table des matières

free shadow-sky records

free shadow-sky books

Les Guitares Volantes